Situation au 9 avril 2020

La propagation du nouveau virus COVID-19 au niveau mondial nous inquiète comme cela a rarement été le cas. Les gouvernements tentent de ralentir l'avancée du COVID-19 en prenant des mesures sans précédent. Actuellement, la priorité absolue est de protéger la santé de chacun. La propagation extrêmement rapide du virus et les taux de décès élevés parmi les personnes âgées devraient être des raisons suffisantes pour s'intéresser au sujet.

Mais qu'en est-il des animaux domestiques ? Il existe en France de nombreux propriétaires de chiens ou de chats. On estime le nombre de ces derniers à 20 millions.

Nous souhaitons que vous et votre chat soyez informés sur le coronavirus afin de mieux faire face à cette période particulière. C'est pourquoi nous vous donnons dans cet article les réponses aux questions suivantes :

  1. Puis-je transmettre le coronavirus à mon chat et inversement ?
  2. Dois-je prendre des mesures de sécurité particulières pour mon chat ?
  3. Que faire de mon chat si je suis en quarantaine à la maison ?
  4. Compte tenu de la situation actuelle, puis-je amener mon chat malade chez le vétérinaire ?
  5. Qu'en est-il du coronavirus félin (FCoV) ?

 

 

1. Puis-je transmettre le coronavirus à mon chat et inversement ?

Les recherches et avancées en cours concernant la transmission du coronavirus par les chats imposent une mise à jour de cet article.

Selon l'institut Friedrich Löffler et une étude chinoise, les chats et les furets peuvent être infectés par le COVID-19 en laboratoire. Dans des conditions expérimentales, le virus est également transmissible de chat à chat.

Dans une autre étude, 102 chats (dont beaucoup provenaient de Wuhan) ont été testés après l'apparition de l'épidémie du coronavirus et ce, afin d'identifier s'ils étaient porteurs d'anticorps contre le COVID-19. Le développement d'anticorps chez 11 chats porte à conclure à une infection au COVID-19.

Les résultats des tests sont une nouvelle fois confirmés par un cas à New York, où un tigre a été testé positif au COVID-19 après qu'il a développé des symptômes de la maladie. Le tigre infecté, tout comme d'autres tigres du zoo concerné, affichait des symptômes légers de la maladie, tels qu'une toux sèche.

Cependant, à ce jour, il n'est pas démontré que les chats puissent transmettre le COVID-19 aux hommes. Le fait d'avoir un chat ne doit donc pas être perçu comme un facteur de risque.

De plus, les chats sont touchés par les coronavirus félins, mais eux non plus ne sont pas dangereux pour l'homme.

 

 

2. Dois-je prendre des mesures de sécurité particulières pour mon chat ?

Indépendamment du coronavirus, un bon geste de défense contre toute contamination par un agent infectieux est d'adopter une bonne hygiène, en particulier lorsque l'on a affaire à des animaux.

Lavez vos mains fréquemment avec de l'eau et du savon, surtout si vous avez été en contact avec des personnes malades ou avec des animaux et tout particulièrement si vous avez dû éliminer des déchets animaux (litière, déjections, etc.).

Veillez à assurer de bonnes conditions d'hygiène pour votre chat :

  • une litière supplémentaire par rapport au nombre de chats dans votre foyer
  • au minimum 5 cm de litière dans le bac à litière
  • la litière doit se trouver dans un endroit calme de la maison ou de l'appartement
  • nettoyez la litière régulièrement
  • débarrassez-vous immédiatement des besoins qui n'ont pas été faits dans le bac à litière

Une bonne nutrition est importante:

  1. CULINESSE

    À partir de 4,50 €

    (11,25 € / 1 kg)
  2. NATURELLE

    À partir de 5,50 €

    (13,75 € / 1 kg)
  3. FILET POULET AVEC DU CANARD

    À partir de 1,50 €

    (2,14 € / 100 g)
  4. FILET POULET AVEC DU VEAU

    À partir de 1,50 €

    (2,14 € / 100 g)
  5. FILET POULET AVEC DU SAUMON

    À partir de 1,50 €

    (2,14 € / 100 g)

 

3. Que faire de mon chat si je suis en quarantaine à la maison ?

Si vous faites l'objet d'une suspicion d'infection au SARS-CoV-2 ou si vous avez déjà été testé positif, il est conseillé de limiter au maximum tous les moyens de transmission et d'éviter le contact rapproché avec d'autres êtres vivants, y compris les animaux de compagnie.

Si vous ne connaissez personne qui peut faire des courses pour vous et votre chat pendant que vous êtes en quarantaine, vous pouvez contenter d'acheter suffisamment de provisions pour tenir 2 semaines. Évitez d'acheter en grandes quantités inutilement. Cela inclut naturellement également la nourriture pour chats, la litière, des articles d'hygiène ou encore des médicaments que votre boule de poils doit prendre.

Même si votre chat n'est pas actuellement menacé par la maladie, vous devez toutefois penser à un plan d'action en cas d'urgence. Même si vous respectez toutes les recommandations d'hygiène, il se peut que vous soyez contaminé par le COVID-19.

 

4. Puis-je, compte tenu de la situation actuelle, amener mon chat malade chez le vétérinaire ?

Cela dépend du fait que vous soyez malade ou vous trouviez actuellement en quarantaine. Si c'est le cas et qu'il s'agit d'une urgence, contactez votre vétérinaire et organisez une autre solution de transport pour votre chat.

Si votre chat nécessite un traitement de fond pendant que vous êtes malade (examens annuels ou de contrôle, vaccins), demandez à votre vétérinaire de reporter le rendez-vous à un moment ultérieur, une fois que vous serez rétabli.

Dans tous les cas, communiquez à votre vétérinaire que vous êtes ou étiez malade afin qu'il puisse prendre les mesures appropriées pour se protéger contre tout risque de contamination. 

Si vous n'êtes pas malade ou ne faites pas l'objet d'une mise en quarantaine, nous vous conseillons tout de même de contacter votre vétérinaire dans le cas où vous pensez que votre chat est malade. Le cas échéant, une visite à domicile ou des conseils par téléphone sont également possibles.

chat-qui-dort
Gardez toujours la zone de couchage de votre chat propre.

 

5. Qu'en est-il du coronavirus félin (FCoV) ?

La péritonite infectieuse féline (PIF) est une maladie virale qui, en raison de son agressivité, conjuguée à d'autres complications, cause un fort taux de décès parmi les chats. Cette maladie survient le plus souvent dans des foyers qui comptent plusieurs chats. Elle est difficile à diagnostiquer, à contrôler et à prévenir et, lorsqu'elle touche les chats en élevage ou en refuge, elle peut causer un grand nombre de décès.

La plupart du temps, elle se transmet par voie aérienne ou par contact avec des matières fécales infectées. Le virus peut également être transmis par des humains qui ont été en contact avec le virus ou qui ont touché des surfaces contaminées.

Les symptômes de la PIF dépendent de la souche du virus, du système immunitaire du chat et des organes concernés. Il existe deux formes : la forme humide (effusive), qui attaque les cavités abdominale et thoracique, et la forme sèche (non-effusive), qui attaque différents organes. Les deux formes sont souvent confondues et ne s’excluent pas mutuellement. Dans les deux cas, la santé externe du chat se dégrade : le pelage devient terne et rugueux et le chat se montre léthargique et dépressif.

La PIF peut être considérée comme une infection par coronavirus félin. Elle n'a toutefois rien à voir avec le COVID-19 et elle est sans danger pour les humains.